Biobble
se connecter avec facebook | se connecter |
Search Biobble Search Biobble


Julie Masmejean

Biobble Biographe Conservation perpétuelle

Julie Masmejean

Biographe officielle Biobble VIP


Ajouter
J'aime
Qualifier
Nombre de visites : 1786
Nombre de "J'aime" : 2
À propos
Adresse
Cergy
France

+ d'infos
Rédacteur
Julie Masmejean
bio
ma bio


1981 - 1990 1991 - 2000 2001 - 2010
 
J'aime 0
Qualifier 0
Partager
Octobre 2001
Entrée à l'université. Un peu déçue, je m'attendais à un campus à l'américaine, comme dans les séries. Flirter avec un quater back et me le faire voler par une poom-poom girl.
En fait, rien. La cantine est toujours aussi insipide, les étudiants qui refont le monde ont les mêmes têtes qu'au lycée, avec les cheveux encore plus longs. Les fameux amphis sont en fait de simples salles de cours, chaises qui grincent, tables recouvertes d'insultes, de secrets, de pensées éclaires, sauf qu'en plus il y fait beaucoup plus froid. Je romps tout contact avec les gens de « l'époque lycée », sans un mot.
Je m'inscris en Lettres Modernes, un peu par facilité et sans réelle conviction. Le temps passe et les notes suivent. Entre option « analyse cinématographique » et « histoire du théâtre», j'imite Forlani, et Villard devient mon maître à penser.
 
J'aime 0
Qualifier 0
Partager
Juin 2003
Année bouleversante. J'obtiens ma licence avec mention, m'inscris alors sans trop y réfléchir, comme par réflexe, en maîtrise.
C'est au mois d'août que mon deuxième grand amour me largue lamentablement devant les marches d'une église. Cette fois c'est sûr, Dieu n'existe pas. Impression renversante que jamais je ne me relèverai.
Quelques semaines après, avec ma meilleure amie de l'époque, je me fais tatouer le bas du dos. Le symbole à reproduire que j'ai donné au tatoueur a été dessiné par mon premier amour... définitivement pas rancunier.
 
J'aime 0
Qualifier 0
Partager
Octobre 2003
Je me rétablis doucement dans les bras d'un pianiste, de 10 ans mon aîné, rencontré dans une brocante. Il ne me demande jamais aucune explication, on se parle peu et c'est tant mieux, je ne veux plus jamais pleurer pour un homme.
À cette même période : Le premier cosmonaute chinois ...+ d'infos more
 
J'aime 0
Qualifier 0
Partager
15 Décembre 2003
En hiver on espère jamais rien et pourtant on s'attend à tout.
4 heures du matin, la piste de danse s'est bien vidée. On n'est plus que quelques uns à vouloir oublier le temps. Je ne me souviens même plus du thème de cette soirée étudiante. Un type sur le côté qui me regarde vient me taxer une clope. Repart. Puis me demande l'heure. Repart. Finit par me raconter des conneries. Il me fait rire. Ou c'est l'alcool. Je ne sais pas trop si c'est sa nature ou s'il joue. Le lendemain en me réveillant, je pense encore à lui.
 
J'aime 0
Qualifier 0
Partager
17 Décembre 2003
Un peu angoissée, je l'attends pour déjeuner, sans bien me souvenir de son visage. Les heures s'écoulent sans crier gare, et je me retrouve contre lui, son dos, son coeur, ses mains. Debout dans le noir, il fume nu à sa fenêtre. Sans trop savoir d'où ça vient, j'ai comme une boule dans la gorge et le sentiment que quelque chose d'important est en train de se jouer.
Le lundi matin, j'ai rendez-vous à ma fac pour déposer le thème de mon mémoire, « Les mots érotiques et pornographiques dans la langue française et ses dictionnaires ».
 
J'aime 0
Qualifier 0
Partager
Novembre 2006
23 ans. Déjà, ou seulement.
J'ai fini mon cursus universitaire depuis un mois. Deux mémoires après, félicitations, mentions et poignées de mains. Au final, je ne suis pas plus avancée.
Quand on est petit on a toujours la tête pleine de rêves, de métiers improbables qu'on voudrait exercer, « quand je serais grande, hé ba moi je serai une princesse cosmonaute ».
Maintenant il faut chercher, errer, s'écouter soi-même comme si on était quelqu'un d'autre, une quête du Graal toute personnelle.
Heureusement, lui est toujours là. Les sourires entendus et les silences qui veulent tout dire.
Le voir marcher vers moi, j'ai le coeur qui bat. Et cette boule dans la gorge qui reste. Et ce sentiment que j'ose m'avouer pour lui dire parfois, que je n'ai jamais tant aimé, que je ne savais même pas que cela était possible.
1981 - 1990 1991 - 2000 2001 - 2010
 

Follow biobble on Twitter